One Day, l’amitié à l’épreuve de l’adversité

Commençons par un avertissement, semblable à celui qui ornait l’affiche du très réussi (500) jours ensemble. Ceci n’est pas une histoire d’amour.

A vrai dire, je ne sais pas exactement de quoi cela pourrait être l’histoire. D’amitié, probablement, une amitié particulière, celle que le temps, loin de l’effacer, renforce. Et d’Histoire avec un grand h. Car celle d’Emma et Dexter se déroule sur vingt ans, de 1988 à aujourd’hui.

Sur un campus étudiant d’Edimburgh, ce 15 juillet 1988, Emma Morley et Dexter Mayhew sont de jeunes diplômés. Ils ne passeront ensemble qu’une nuit. « En amis ».

Et chaque année, tous les 15 juillet, Em et Dex se croisent, se perdent, se retrouvent ; cette nuit, leur dernière d’étudiants, la première de leur nouvelle vie, scelle l’amitié, unique et viscérale, entre deux inconnus – ou presque.

Les pages filent au rythme de ces années, à raison d’un chapitre par 15 juillet, et nous les retrouvons, toujours vieillis d’un an, mais jamais vraiment où la page précédente les laissait. Car la magie de One Day, c’est de parvenir à retracer le lent et difficile parcours de l’âge adulte. Emma et Dexter, de façons bien différentes certes, et décalées, n’échapperont ni aux désillusions, ni aux coups du sort ; et la réalité crue de ces deux jeunes vies, dans la société britannique des années 1990, est un personnage à elle toute seule. Em et Dex apprennent la vie.

On peut certes considérer que leur histoire n’a rien de transcendant. Petit boulot dans un fast-food puant, rendez-vous ratés, colocation tardive, échecs, surtout, lors de tentatives avortées de changements de vie. Certes, la réalité les encercle, les empêche de devenir héros de leurs propres aventures, allant jusqu’à les rendre aveugles de la véritable signification de leur improbable amitié. A chaque page, chaque 15 juillet, Emma et Dexter sont liés, heureux ou brisés, et ensemble. Mais jamais ensemble.

Ils sont comme deux faces de la même pièce, que le sort lance sans cesse ; et si l’insupportable – mais irrésistible – Dexter Mayhew connaît chance et succès dès la sortie de l’université, il n’est jamais lui-même sans Emma, écrivain dans l’âme mais bien trop introvertie pour décider de le devenir. Et le vent tourne, évidemment. Mais en emportant tout dans son sillage. Mariage, deuil, succès, enfants… Et lorsque Dex chancelle, Em, toujours debout, vient l’épauler ; lorsqu’Emma est perdue, Dexter l’encourage.

Dans le tourbillon de la vie, de l’ère Thatcher au XXIe siècle, tous deux grandissent, vieillissent, pleins d’incompréhension.

Lorsqu’ils comprennent enfin, il se pourrait bien que le sort ait une nouvelle fois lancé la pièce…

Ce bouleversant roman, servi par le style agréable, parfois rude, mais toujours juste, de David Nicholls (à lire en anglais, une fois encore !), sera adapté au cinéma à la fin de l’année, par Lone Scherfig, la réalisatrice du sympathique Une éducation, avec Anne Hathaway et Jim Sturgess (magnifique Janusz des Chemins de la liberté) dans les rôles principaux.

Vivement One Day.

Publicités
Published in: on 03/05/2011 at 140933  Comments (1)  
Tags: , , , ,

The URI to TrackBack this entry is: https://unebelettemasquee.wordpress.com/2011/05/03/one-day-de-david-nicholls/trackback/

RSS feed for comments on this post.

One CommentLaisser un commentaire

  1. Lu !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :